Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques de l'exclusion

POÉSIE - SLAM - ROMAN Les chroniques de l'exclusion : c'est le titre du livre dont je finalise l'écriture actuellement. C'est un roman qui traitera d'homophobie parentale, de rejet mais aussi de l'histoire d'amour fusionnelle entre deux adolescents que la vie a rapproché malgré leurs craintes respectives.

Nuit se lève

Nuit se lève, doucement, à l'instar d'un réveil peinant à se déclencher, cherchant sa voix pour sonner l'alarme du rebond, d'un retour à la conscience enfouie dans le sommeil de la résignation. Un Morphée malin, enfermant nos pensées rendues léthargiques, retenues prisonnières dans un vaste océan d'inepties.
Nuit d'ivresse, encore ahurie par ce vin délicieux qu'est l'esprit, étourdie par l'emprise lumineuse de cette flamme ravivée, aveuglante pour qui ne saurait voir. Celle qui vous cause une gueule de bois le lendemain au réveil, quand viens le moment de constater les réactions des médisants, perdus dans la certitude de leur sophisme.
Nuit de souvenirs, contée par la senteur d'une fleur, plantée là sur un pavé, se dévoilant au grès des regards, sans barricades pour la protéger des prédateurs qui rodent autour pour la posséder. On voudrait la cueillir, la porter dans son cœur comme dans son âme, telle une évocation du passé, sur la colline arborée de la paix.
Nuit passion, amante subtile qui vous susurre délicatement son souffle de vie, désireuse d'un avenir de liberté, d'un futur responsable, d'empêcher le gâchis d'une séparation individualiste. Idéaliste muse, certes, que cette douce obscurité, jalousée par une envieuse présente qui possède déjà un tout, même ce qu'elle rejette.
Nuit tombée, à la renverse de ce chaudron encore tiède, empli d'un breuvage vital, plaqué injustement au sol, bousculé par l'aveugle dans le noir du jour. Oeuvre incomprise, incompatible avec l'urgence des hommes pressés, toi qui prend ton temps de réflexion, belle plume à encadrer, colombe égarée qui pourrait voler loin de sa cage.
Nuit debout, malgré ses rêves bridés par les grandes invisibles, plaies béantes révélant une laide poussière brune au jour levant, au fur et à mesure que l'on tourne les pages continues de la routine. En cette nuit nous ne pouvons que changer notre monde le temps d'un songe heureux, bercés par la lune et ses rayons, avec l'espoir peut-être, de toucher la réalité.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article