Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques de l'exclusion

POÉSIE - SLAM - ROMAN Les chroniques de l'exclusion : c'est le titre du livre dont je finalise l'écriture actuellement. C'est un roman qui traitera d'homophobie parentale, de rejet mais aussi de l'histoire d'amour fusionnelle entre deux adolescents que la vie a rapproché malgré leurs craintes respectives.

Et soudain la vie (carnet de voyage)

Le jour s'est levé sur une recherche de tranquillité. J'avais pour sensation d'avoir perdu mon inspiration. Ma flamme s'en était allé dans de lointaine contrées... Il me fallait te retrouver oh toi la muse qui guide mes pensées ! Où t'étais tu cachée ?

C'est en quête de tes idées que je suis parti te retrouver. Mais le voyage allait être long, périlleux, hostile, mais je n'avais plus le choix, tes douces proses me manquaient tellement !
Le début de cette épopée annonçait la couleur, il me fallait traverser les pentes raides qui se dévoilaient à peine sous un manteau d'humidité, le froid rajoutant encore plus de périls que nécessaire. Qui sait pourquoi tu t'étais terrée dans ce sommet, à l'abri de toute civilisation, peut être aspirais-tu simplement à un peu de quiétude toi aussi, lassée par les sollicitations d'un petit saltimbanque de bas étage ? Toi seule connais la réponse. 


Et alors qu'à présent je pénètre dans cette mer de nuages, je découvre la raison de ta venue ici. Je suis simplement submergé de beauté, toute chose transpire la magnifique froideur de ce paysage montagnard embrumé, une lande déserte où l'eau, la roche et la mousse s'unissent sous l'effet d'une brume épaisse et d'un surprenant bleu pâle qui embaume l'air. Je me prends à rêver, j'erre dans ces terres sauvages, je me surprends à flâner entre les lagons, d'un bleu éclatant malgré le brouillard, et à me poser sur un rocher en humant l'air frais pour m'imprégner de ce calme ambiant.

La folie et les soucis de la ville sont loin, très loin, tout autour de moi les montagnes sont figées, on peine à imaginer que là haut les sommets transpercent les nuages, une lueur d'espoir et de lumière qui semble inaccessible. Je scrute la pénombre claire, j'étudie les détails des pierres au fond de ce lac, limpide malgré le flou de l'atmosphère ambiante. C'est là, dans ces eaux pures que l'impensable arriva. Parmi ces landes désolées, bravant l'hostilité froide de ce lieu, soudain la vie. C'est la révélation, matérialisée par une colonie de têtards au bord du lac, je t'ai retrouvée inspiration et dans mon carnet de voyage je te ramènerai !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article