Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques de l'exclusion

POÉSIE - SLAM - ROMAN Les chroniques de l'exclusion : c'est le titre du livre dont je finalise l'écriture actuellement. C'est un roman qui traitera d'homophobie parentale, de rejet mais aussi de l'histoire d'amour fusionnelle entre deux adolescents que la vie a rapproché malgré leurs craintes respectives.

Cette amie que je voyais pas...

Bonjour amis lecteurs, je reviens vers vous avec ce premier texte, tiré d'un atelier d'écriture sur les violences faîtes aux femmes. J'ai choisi ici de vous partager un témoignage. Non pas en tant que victimes, mais en tant que témoin de ce fléau...

Ce texte sera lu lors d'une soirée sur le thème des droits des femmes, en ce 8 Mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

 

Hier encore,

Je la voyais, elle pétillait, la tête haute,

Elle marchait, revendiquait sa liberté, 

Elle jouait, pour ne pas être prise en faute,

Elle forgeait sa carapace, leurre de bête blessée.

 

Hier encore,

Je la voyais, sauter au cou des dominants,

Telle une louve protégeant ses enfants,

De toutes les luttes elle était pour se cacher,

Mais de toutes ses faiblesses elle se cachait en luttant.

 

Mais hier encore,

Je ne la voyais pas vraiment, sous son voile de lumière.

Car par peur pour ses enfants ou par honte d'un jugement,

Par déni d'une réalité, connue par son engagement,

Elle rayonnait de clarté sur le noir de ses galères...

 

Mais hier encore,

Je ne la voyais pas vraiment, retenue par une main mise,

Perdue dans un brouillard qui lui voilait la face,

Et l'attirait dans ton piège, prisonnière de ton espace,

Ses pieds et poings liés sous ton emprise...

 

Mais hier encore,

Je ne la voyais plus, depuis que l'animal dans sa tanière,

L'a réduite à l'isolement, à une dépendance financière,

L'a réduite au silence, face à tes violences régulières,

L'a réduite en esclavage, pour définitivement la faire taire !

 

Mais hier encore,

Je ne la voyais plus... Car toi le prédateur, pour mieux la contrôler,

Pour mieux la posséder, pour mieux la dominer,

Tu l'as manipulée, tu l'as rabaissée, tu l'as isolée,

Tu l'as abîmée, tu l'as cognée, tu l'as torturée,

Tu l'as violée....

T'aurais même pu la buter, quand elle a voulu se suicider....

 

Mais aujourd'hui enfin,

Elle est sauvée, son supplice est terminé, tu ne l'auras pas volée.

Tu pensais la détruire ? Mais tu l'as rendue plus forte !

Depuis qu'elle s'est libérée, depuis qu'elle s'est enfin confiée,

Elle a des dizaines d'allié-e-s pour que sa haine sorte !

 

Car aujourd'hui enfin,

Elle est sauvée, et on l'aide à se reconstruire,

En pensant au jour où on va te détruire,

Si la justice d'ici là ne se charge pas,

De faire reconnaître comme victime, cette amie que je ne voyais pas...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article