Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques de l'exclusion

POÉSIE - SLAM - ROMAN Les chroniques de l'exclusion : c'est le titre du livre dont je finalise l'écriture actuellement. C'est un roman qui traitera d'homophobie parentale, de rejet mais aussi de l'histoire d'amour fusionnelle entre deux adolescents que la vie a rapproché malgré leurs craintes respectives.

Pour leur salut

Un petit texte, inspiré de mon passage dans le Haut Couserand, en Ariège, sur les traces des chemins de la liberté. Chemins qu'arpentaient nombres de personnes fuyant le nazisme lors de la Seconde Guerre Mondiale, pour aller se réfugier en Espagne. Juifs, résistants, soldats américains ou anglais souhaitant rejoindre leurs alliés. Grand nombre de personnes sont passés sur ces chemins, dans la nuit, avec pour complices des habitants de la vallée, qui au péril de leurs familles ont aidé ces personnes face à la haine nazie. C'est à ces héros d'un autre temps que je souhaitais rendre hommage.

 

Ils marchent.

 

Silencieux et sombres, sans retour, ils marchent,

Sans avenir, mais le cœur rempli de souvenirs, ils marchent,

Avec pour seules affaires, une couverture trouée et une lampe rouillée, ils marchent,

A travers la pénombre des forêts, à travers la brume des vallées,

A travers les Monts et la neige de l'Ariège, ils marchent,

Pour leur salut.

 

Dès le départ dans la plaine, ils croisent la route de ceux qui résistent.

Pour eux ils réalisent une chaîne, et dans la montagne humaine ils résistent,

Par un simple geste, don ou même un amen, ils résistent,

Face à a haine, leur vie ne tient qu'à un réseau,

Celui de ces héros ordinaires qui résistent,

Pour leur salut.

 

L'Espagne est à portée de fusil, alors ils fuient,

Évitant les contrôles, hors des sentiers battus, ils fuient,

Tels des contrebandiers, ou des ombres dans la nuit, ils fuient,

Au péril de leur vie, qui ne vaut plus rien ici,

Ils n'ont même plus de patrie alors ils fuient,

Pour leur salut.

 

Mais face aux dangers du Mont Vallier, ils survivent,

Luttant contre les éléments, dans le froid et l'obscurité, ils survivent,

Face aux falaises stériles, tout leur semble hostile mais ils survivent,

A travers le blizzard et les ténèbres, 

Seule leur flamme les protège d'un destin funèbre, mais ils survivent,

Pour leur salut.

 

Au passage du col, à la fin de leur course folle, ils sont gelés,

Épuisés mais soulagés, l'Espagne est à leurs pieds gelés,

Ils peuvent enfin souffler, ils peuvent enfin s'écrier,

Qu'ils ne seront pas arrêtés, ils ne seront pas raflés, 

Ils ne seront pas déportés.

On dira d'eux désormais, 

Qu'ils ont franchi les Pyrénées, sur les chemins de la liberté,

Pour leur salut.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article